Emile Bustani.

Emile Bustani, un entrepreneur de renommée internationale libanaise et politicien de Dibbiyeh Chouf, 1907-1963. Emile Bustani est né dans une famille pauvre de Debiyeh en 1907, dans les années macabres de l'Empire ottoman. Quand il est mort dans un accident d'avion en 1963, il était considéré comme l'un des hommes d'affaires les plus influents et philanthropes dans le Moyen-Orient et une figure de proue dans la politique de la région.

Il entama, un peu tard, ses études, mais réussit à décrocher les diplômes les plus prestigieux puisqu’il termina ses études dans la prestigieuse université MIT aux USA.
Diplômé de l'AUB en 1929. Il rejoint l'AUB en 1930 en tant qu'instructeur en physique et poursuivit ses études jusqu'à ce qu'il obtienne sa maîtrise en 1932. Puis il suivit un enseignement supérieur aux USA et obtint son BS en génie civil du du très prestigieux MIT, Massachusetts Institute of Technology en 1933. Emile Bustani - l'un des hommes d'affaires les plus influents, des philanthropes de la région du Proche Orient.
La famille Boustani a une longue et riche histoire avec l'AUB, entrelacés avec la romance. Plus tard il finança, par reconnaissance pour l’université de sa jeunesse, plusieurs projets à l’université américaine de Beyrouth, dont les « Dortoirs Laura Boustany » et l' « Emile Bustani Physics building ». À un certain moment, il a également dirigé l'Association des anciens de l'AUB
Emile Boustani, qui fut l'un des fondateurs de Contracting And Trading Group (CAT) au Liban, a également servi le Liban en tant ministre des Travaux publics et membre du Parlement libanais en 1951, poste qu'il occupa jusqu'à sa mort.
Au cours de la guerre civile qui frappa le Liban en 1958, et qui entraina le déploiement de la marine des Américaine dans le pays, Emile Boustani a joué un rôle crucial pour surmonter la crise. Il était l'une des rares figures éminentes du Moyen-Orient à rester en bons termes avec la quasi-totalité des dirigeants arabes de son temps ; son porte parole très apprécié dans toute la région.
Emile possédait une importante flotte d’avion privés, plus de six avions frappés à ses couleurs, et que tous les Libanais reconnaissaient durant leur passage dans le ciel du Liban. Il décéda tragiquement dans l’explosion de l’un de ses avions en 1963, juste en face du littoral de Beyrouth (Probablement le premier attentat contre une personnalité proche Orientale).
Quelques semaines auparavant, et en compagnie de son ami et conseiller Said Boustany, il avait inauguré, dans un climat d’humour et de fête, son propre cimetière construit à Debiyeh ; Triste sort, puisqu’on ne retrouva même pas son corps enseveli à tout jamais en pleine mer.
Après sa mort, sa fille Mirna Boustani fut la première femme élue au parlement Libanais, et son épouse Laura le remplaça à la tête de l’empire industriel qu’il avait créé.
Quelques années plus tard Bustani fondée contractant and Trading Company, CAT. Il a été ministre des Travaux publics et membre du Parlement libanais entre 1951 et 1963. Il a gardé ses liens avec son Alma Mater en tant que président de l'AUB Association des anciens et membre du conseil d'administration à partir de 1961 jusqu'à sa mort tragique de 1963. Il avait de bonnes relations avec presque tous les dirigeants libanais et arabes.
Emile Boustani avait aussi des talents d’écrivain. Plus tard, il a écrit trois livres: les courants de la Convention dans la chromosphère, de 1949, les doutes et la dynamite, 1958 et Mars Arabesque, 1961.
Emile Bustani possédait une importante bibliothèque de documents et manuscrits. Sa famille en fit don à l'AUB. A deux ans de numérisation des bibliothèques universitaires cette donation a permis de profiter des copies numériques de ces documents aux chercheurs.
Emile Bustani était un bâtisseur de ponts entre l'Orient et l'Occident.
D’ailleurs, il entama la construction d’un hôtel (Al-Bustan) , dans lequel il espérait incarner ses rêves. Il serait un lieu de rencontre permanent entre Orient et Occident, avec des installations de salles de conférence ultra modernes, de restaurants incarnant le plaisirs de la bonne table.
Bien que mieux connu pour ses banquiers et ses commerçants astucieux, le minuscule Liban possédait alors, avec Emile Bustani, un acteur industriel majeur du le monde arabe. Avec la contracting & Trading Co. (CAT), il était le patron le plus grand de toutes les entreprises industrielles du monde Arabe.
CAT est principalement une entreprise de construction. Une grande partie du pétrole du Moyen-Orient coule à travers les pipelines posés par la CAT. Du Koweït à l` Algérie, les équipes de CAT ont littéralement participé à la reconstruction du monde arabe, de ses nouvelles écoles et hôtels, terrains d'aviation et routes.
CAT avait également des parts dans la Middle East Airlines Airlines, ainsi que dans l`hôtel Saint-Georges et l`hôtel Phoenicia. Le C.A.T. Groupe a joué avec fierté, un rôle important de l'histoire de la contractualisation du 20e siècle.
Emile Bustani s`attachait moins aux gloires d'un passé arabe qu’ aux possibilités d'une renaissance dynamique ce monde. Il a combiné les compétences technologiques qu'il a apprises en tant qu'étudiant ingénieur civil au MIT (SB 1933) et son expérience acquise en travaillant pour l'Iraq Petroleum Company, avec les idéaux philanthropes du XIXe siècle. Il a utilisé la fortune acquise par CAT, la sous-traitance et société de négoce, il a fondé en 1936, pour aider à revitaliser le Liban et les pays voisins.
Le succès financier a permis Emile Bustani à tourner son attention vers la politique libanaise dans les premières années de l'indépendance de son pays après la Seconde Guerre mondiale. Il a été élu membre du Parlement au Liban en 1951, poste qu'il occupa jusqu'à sa mort. Au cours de la guerre civile qui souffre le Liban en 1958, et a conduit au déploiement de la marine des États-Unis dans le pays, il a joué un rôle crucial pour surmonter la crise. Il était l'un des rares figures éminentes du Moyen-Orient à rester en bons termes avec la quasi-totalité des dirigeants arabes de son temps, son avocat très appréciée dans toute la région. Eût-il vécu, beaucoup pensent qu'il serait devenu président du Liban. Peu de gens auraient été plus enclins à concilier l'inconciliable. Son charme, son honnêteté, bonne nature, et don pour l'amitié fait de lui un négociateur irrésistible.
En plus de sa carrière professionnelle et politique, Emile Bustani se consacre à l'enseignement supérieur dans le monde arabe. Son intérêt particulier est l'Université américaine de Beyrouth, l'institution chef de file de l'enseignement supérieur dans la région, où il avait pris son diplôme de premier cycle en 1928. Il a été membre du Conseil d'administration AUB et président de son Association des Anciens. Ses activités philanthropiques au nom de l'AUB et de son engagement farouche à l'éducation libérale moderne pour les hommes et les femmes étaient énormes. Cet engagement a été soutenue par sa famille à ce jour.
Voulant honorer sa mémoire et sa contribution profonde et durable à l'enseignement supérieur et à la paix au Moyen-Orient, on créa en 1985, le séminaire du Moyen Orient dans le Massachusetts Institute of Technology organisé sous les auspices du Centre d'études internationales du MIT, qui mène des recherches sur les enjeux internationaux contemporains et fournit une occasion pour les professeurs et les étudiants à partager leurs perspectives et des échanges de vues. Chaque année, le Séminaire Bustani invite les chercheurs, journalistes, consultants et autres experts du Moyen-Orient, en Europe et aux Etats-Unis au MIT pour présenter les résultats de recherche récents sur la politique contemporaine, de la société et la culture et le développement économique et technologique dans le Moyen-Orient .
Ce Séminaire couvre des domaines tels que l'histoire, science politique, économie, anthropologie architecture, études urbaines, la gestion et l'ingénierie. Il est ouvert à la communauté du MIT et de toute la population en général. Le Séminaire Bustani est présidé par Philip S. Khoury, Ford International professeur d'histoire et doyen associé au MIT.
La conférence inaugurale de la série de séminaires a été livré le 3 Octobre 1985, par Albert Hourani, de l'Université d'Oxford. Sa conférence «Le Liban: Le développement d'une société politique» a été publié en 1986 par le MIT Center for International Studies.

 

www.000webhost.com